Vous lisez en ce moment
Le fabuleux destin de LAWRENCE D’ARABIE

Le fabuleux destin de LAWRENCE D’ARABIE

Pourquoi le nom de Thomas Edward Lawrence, dit Lawrence d’Arabie, évoque systématiquement en nous:  voyage, aventure, histoire et péripéties ? Ce personnage complexe et mystérieux vacille entre fantasme et réalité …

Qui était Lawrence d’´Arabie, son histoire est peu commune, cela nourrit sans doute le mystère autour du personnage, né deuxième de cinq enfants, le 16 août 1888, de sir Thomas Chapman, baronet le plus petit des titres de noblesse anglais anglo-irlandais, et de Sarah Junner, sa concubine. Difficile, à l’époque, d’être issu d’une union illégitime, sans encourir l’opprobre et le désobéir  social. Est-ce le début de la revanche ?

Par-delà sa vie éminemment romanesque, incontestablement rendue légèrement fantasmagorique grâce au  film Lawrence d’Arabie, réalisé en 1962 par David Lean, avec Peter O’Toole remportant sept oscars , T. E. Lawrence reste d’abord un héros militaire hors du commun. Il est certain que démêler la vérité de la légende serait impossible, comme son rôle dans la révolte arabe…On raconte que E.T.Lawrence n’avait jamais accepté de recevoir les droits d’auteurs proposés par les éditeurs pour «  Les sept piliers de la sagesse » tant son mépris pour les avantages matériels fut immense

Mais loin des livres et du cinéma, se raconte  au Théâtre la plus belle des histoires, aussi poétique que des ombres chinoises, un désert témoin d’un homme peu commun raconté par des comédiens talentueux dont la passion nous emporte, nous englouti dans les aventure extraordinaire de Lawrence d’Arabie. L’imaginaire  du metteur en scène Éric Bouvron est stupéfiant et communicatif. Molière du théâtre privé en 2016 pour sa pièce Les Cavaliers,  d’après le roman de Joseph Kessel, il signe avec Lawrence d’Arabie un exploit fabuleux, celui de m’avoir téléporté dans un univers dont seul  le Théâtre  a la clé

Il est plus élaboré qu’une pièce, il est un spectacle où les personnages se remplacent, ils sont les uns et parfois les autres, ils sont interchangeables, les costumes voyagent dans les époques, dans le temps, les costumes se baladent d’un personnage à un autre, comme Dahoum ( Sliman Kacioui), tout est tourbillon, tout est joyeux, les objets se déplacent dans un temps fougueux, le temps  circule vite  sans nous faire prendre une ride; la scène du Théâtre des Halles devient  un écran insaisissable, ou les événements sont rythmés par une voix qui vous enchante, vous envoûte, la musique tournant  les pages comme dans un roman, elle guide notre chemin dans cette aventure à la fois historique, parfois humoristique, mais surtout et avant tout,  une aventure a couper le souffle. Un souffle de génie à emporté  le Théâtre des Halles ce soir …

Le Festival d’Avignon est une extraordinaire aventure que les férus de Théâtre doivent vivre au moins une fois dans leur vie !

LAWRENCE D’ARABIE

Theatre des Halls,Du 7 au 30 juillet à 21h30

(Relâches les mardis 13, 20, 27 juillet)

 

Voir aussi

Texte Éric Bouvron et Benjamin Penamaria
Mise en scène Éric Bouvron
Avec Kevin Garnichat, Alexandre Blazy, Matias Chebel, Stefan Godin, Slimane Kacioui, Yoann Parize, Julien Saada, Ludovic Thievon, composition et musique live Julien Gonzales, Raphaël Maillet, Cecilia Meltzer
Assistanat à la mise en scène Jeremy Coffman, création lumière Edwin Garnier, création costumes Nadège Bulfay
Texte publié chez L’Avant-scène théâtre
Atelier Théâtre Actuel, Barefoot Productions et Romeo Drive Productions

 

 

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
COPYRIGHT 2021 - AU PASSAGE DES ARTISTES - ALL RIGHTS RESERVED. Powered By AWS
Revenir en haut