Vous lisez en ce moment
Jean-Baptiste Soulard AU PASSAGE DES ARTISTES

Jean-Baptiste Soulard AU PASSAGE DES ARTISTES

Autour de nous, les contextes agressifs se superposent les uns aux autres, s’entrechoquent, s’additionnent et se multiplient : le contexte économique, social, politique, l’inaction écologique et depuis des mois le contexte sanitaire qui prend le pas sur tout le reste. Sur-urbanisation, ultra-mondialisation, optimisation constante de la performance, marginalisation de ceux qui décrochent. Que reste-t-il de bienveillant, de poétique, de philanthropique, dans ce XXIème siècle qui se révèle toujours un peu plus périlleux chaque année ?

Inspiré par la lecture du livre de Sylvain Tesson, Dans les Forêts de Sibérie, l’album Le Silence et l’Eau est une réaction à l’agressivité du monde contemporain dans lequel notre civilisation occidentale évolue. C’est une Ode à la décroissance. C’est un appel à partir à la rencontre du monde sauvage autant que de soi-même. Le texte est en français, limpide direct, simple. Il commencera par une injonction, et finira par une injonction.

La musique sera folk, simple, humble, aérienne, délicate. Quelques instruments acoustiques : violoncelle, guitare, piano, batterie, quelques cuivres. Juste l’essentiel, la décroissance jusque dans la mise en son.

J’ai ensuite invité des artistes dont le talent et la singularité me touchent particulièrement et m’’offrent à leur façon une évasion artistique. Des artistes qui savent le temps d’une chanson apporter du réconfort, de l’ailleurs, du rêve. J’ai écrit mes chansons en pensant à chacun d’eux : Bessa, JP Nataf, Blick Bassy, Luciole, Jacinthe, Achile. J’ai aussi invité Raphaël Personnaz pour citer les lignes de Dans les Forêts de Sibérie à l’origine de cette vision.

Automne 2019, je pensais alors cet album terminé, et je le sortais une première fois, le 06 mars 2020. Mais voilà que la vie nous a tous fait basculer, quelques jours plus tard, dans une épreuve collective, à l’échelle mondiale. Je me retrouve isolé, mais dans un contexte bien différent de celui que j’imaginais dans le Silence et l’Eau. Il m’est alors paru évident que cet album n’était en fait pas terminé : je composais depuis mon confinement trois nouvelles chansons. Une que je dédiais à Emily Loizeau, une instrumentale pour Erik Truffaz, et enfin une chanson en forme d’épilogue que j’interprétais seul : « Dernier bar avant la Fin ». Je sors, le 27 novembre 2020, « le Silence et l’eau (le Renouveau) » avec ces trois chansons qui sont désormais essentielles à l’ensemble. Cette exploration des étendues sibériennes, c’est aussi une exploration de soi.

Voir aussi

Jean-Baptiste Soulard redonne vie à son album Le Silence et L’eau (Le Renouveau)qui ressort avec trois titres inédits le 27/11.
Ce concept album très voyageur est inspiré par le livre Dans Les Forêts de Sibérie de Sylvain Tesson.
Cofondateur du groupe Palatine, le guitariste Jean-Baptiste Soulard a invité sur ce disque des artistes comme JP Nataf, Luciole, Blick Bassy, Bessa, ou Raphaël Personnaz qui a joué dans le film Dans Les Forêts de Sibérie… Pour la nouvelle édition, Erik Truffaz et Emily Loizeau rejoignent l’aventure.
Nouvel extrait, on retrouve Jean-Baptiste Soulard et Blick Bassy filmés par la Blogothèque pour un Take Away Show qui prolonge le voyage du Silence et L’eau (Le Renouveau).

Jean-Baptiste Soulard

Le Silence et l’Eau (Le Renouveau)
Sortie le 27/11 chez Horizon / Un Plan Simple / Sony

En concert au Café de la Danse le 14/12/2020

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
1
Happy
1
In Love
1
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

COPYRIGHT 2020 - AU PASSAGE DES ARTISTES - ALL RIGHTS RESERVED. Powered By AWS
Revenir en haut