Vous lisez en ce moment
MIKAËL FITOUSSI EN INTERVIEW

MIKAËL FITOUSSI EN INTERVIEW

Copyright : Lisa Lesourd

Mikaël Fitoussi,  comédien dans de nombreux courts-métrages de réalisateurs comme Emmanuelle Bercot, Frédéric Pelle qui sont régulièrement primés dans divers festivals (Festival de Cannes, Festival du film policier de Cognac…).
Il a pour partenaire notamment Anne Consigny, Brigitte Roüan et Fanny Ardant.

Depuis 2014, il incarne l’inspecteur Pascal Renart dans la série ALEX HUGO sur France 2aux côtés de Samuel Le Bihan, Lionnel Astier et Marilyne Canto. La série rassemble plus de 5 millions de téléspectateurs

Nous avons le plaisir de partager avec vous, la première interview dé Mikaël Fitoussi sur notre web Magazine: AU PASSAGE DES ARTISTES

Mickael Fitoussi bonjour! Bienvenue « Au Passage Des Artistes », je te propose une balade à travers ton parcours artistique….

– La Tv, le cinéma tout te réussit comment a commencé cette aventure pour toi ?

Travailler dans ce métier est un long chemin, et pour ma part, les choses se sont faites « step by step »…  J’ai commencé par suivre des cours de théâtre, plusieurs, car je voulais multiplier les expériences et me nourrir des différentes méthodes des professeurs. J’ai aussi passé un an dans une école de cinéma, qui m’a donné une approche des différents secteurs du métier, et j’ai pris goût à l’écriture de scénario.

Mes premiers pas sur les tournages, je me les suis créés, en écrivant avec mes potes des courts métrages. J’ai d’abord été moteur de mes propres projets, je suis partis dans les festivals pour les films que nous avions fait, j’ai fait des rencontres… Et puis les agents et les castings sont arrivés par la suite, naturellement.

– Tu as su très jeune ce que tu voulais faire de ta vie ou c’est venu plus tard?

La décision de me diriger dans ce domaine est arrivée assez tard, lorsque j’ai arrêté ma première année de fac, après trois mois! C’est à ce moment que j’ai suivi des potes dans des cours de théâtre, pour voir, monter sur une scène, découvrir cet univers, le sentir. Mais je ne me disais pas encore que j’en ferais mon métier. Il faut du temps pour prendre confiance en soit comme acteur, il faut apprendre à connaître son outil. Je pense que le désir de faire du cinéma est né durant l’enfance, quand j’ai découvert les films, les séries, de manière inconsciente.

– Télé, cinéma, courts et longs métrages et ensuite des rôles aussi intéressants les uns que les autres, comment se faire une place dans un milieu aussi difficile que le cinéma que tu as expérimenté plus jeune et à nouveau dans « Jours Sauvages »,  quelle est ta plus belle rencontre professionnelle? 

J’ai rencontré David Lanzmann durant l’année que j’ai passée dans cette école de cinéma. Nous venions de deux univers différents, et ça a tout de suite matché entre nous. Dès lors, la passion du cinéma et de la musique a cimenté notre amitié. C’était déjà un réalisateur doué, instinctif, avec une immense culture, et moi, il faut dire que j’avais plutôt la fibre du jeu. Naturellement, j’ai joué dans ses trois courts métrages, et puis il m’a fait l’honneur de me donner le premier rôle de son premier long métrage   « Doo Wop ».

C’est un film magnifique, et nous l’avons accompagné dans de nombreux festivals à travers le monde… Par la suite nous sommes partis ensemble sur l’écriture d’un nouveau film « Jours sauvages », qui nous a pris une dizaine d’années. David l’a réalisé l’hiver dernier, produit par Julien Madon, et dans lequel je joue aussi.
Nous allons repartir dans les festivals pour le présenter au public, avant sa sortie en salle, l’année prochaine. Et bien sûr nous avons déjà, plusieurs nouveaux projets ensemble…Voila l’une de mes plus belle rencontres, et pas seulement professionnelle!

– Tu es l’inspecteur « Renart » dans Alex Hugo, une série diffusée sur France 2, que nous réserve cette nouvelle saison ? Entre autre pour ton personnage ?

J’essaye toujours de ne pas trop en dévoiler, car c’est important de garder du mystère pour le public. Ils sont tous dans des genres différents . Il y aura des attaques de drones, des embuscades de diligences, des mauvaises fées des bois… « Alex Hugo »  est un polar philosophique et romanesque, avec toujours des grands sentiments, et une certaine poésie. Mon personnage Renart commence de plus en plus à s’allier à Alex dans les enquêtes, la confiance s’installe entre eux, leur relation évolue… Ce sont avant tout, deux justiciers, et ils auront pas mal de boulot dans cette nouvelle saison 😉

Voir aussi

– La série rassemble 5 millions de Téléspectateurs!!  Quel est le secret selon toi? 

Il y a d’abord un vrai héros, qui nous rappelle ceux des grands westerns je pense. Samuel Le Bihan apporte son charisme, son mystère, et donne beaucoup de sa propre nature dans ce personnage de flic instinctif et écolo. Il s’inscrit parfaitement dans ces paysages majestueux et puissants. L’univers des montagnes et des grands espaces nous amènent aussi à raconter des histoires originales, très cinématographiques, qui se démarquent des sujets qu’on rencontre dans les grandes villes. Après, les équipes de la rurale et de la Crim forment un groupe de personnages aux personnalités très différentes, qui vont apporter toute leur compétence pour résoudre ces enquêtes, et aider Alex Hugo dans sa tâche. Un vrai héros à toujours besoin d’un partenaire, pour lui tendre la main, s’il glisse sur une parois! Les scénaristes et les différents réalisateurs ont par ailleurs une grande exigence et mettent tout leur talent au service des films. C’est aussi la raison pour laquelle on n’en tourne seulement quatre par an, pour privilégier la qualité.

« Alex Hugo » propose de l’aventure et de l’évasion pour le public.
– Alex Hugo, personnage interprété par Samuel Le Bihan est surnommé : « La tendresse« , le tien aurait été…?
Mon personnage s’appelle Pascal Renart, mais tout le monde l’appelle Renart tout simplement. A mon avis c’est parce qu’il est rusé comme un Renard!

Tu viens de tourner dans le tout dernier film de David Lanzmann, qui t’a d’ailleurs confié ton premier rôle au cinema dans « Doo Wop», comment se sont passées ces retrouvailles?

C’est toujours très agréable de retravailler avec un réalisateur avec lequel on a déjà tourné. C’est aussi l’un des privilèges que l’on a sur la collection Alex Hugo, car on retrouve chaque année certains réalisateurs, fondateurs de la série (Pierre Isoard, Olivier Langlois…). Pour moi la confiance mutuelle est le ciment de la relation réalisateur /acteur, et la garantie d’une bonne collaboration.

Avec David Lanzmann, sur « Jours sauvages », c’était encore une nouvelle expérience, car pour la première fois, nous avions écrit le scénario ensemble. Mais sur un plateau, les rôles sont bien définis, et chacun de nous était concentré sur sa propre partition. Et s’il nous arrivait de discuter sur un dialogue ou un sens à donner à la scène, c’était dans le cadre de notre travail  habituel lorsqu’on construit une scène. Ce sont des échanges qui interviennent sur le moment, dans l’action, C’est l’instant où tout peux bouger, tout se crée et prends vie. Sur le tournage, j’étais son acteur, et j’avais lâché l’habit du scénariste. Et puis il y a aussi les autres acteurs présents, et du coup,nous ne sommes plus un duo, mais une équipe. Au delà de tout ça, c’était un grand bonheur de retravailler avec mon réalisateur fétiche, et on avait à cœur de donner le meilleur de nous mêmes …

– Des projets derrière la Caméra cette fois ci ? Sur les planches? À l’écriture?

J’ai toujours des projets d’écriture sous le coude ou la recherche d’un roman à adapter. Ça me motive, et me tiens en éveil entre les tournages. Je sent aussi que je vais partir au théâtre à un moment, car j’ai faillit jouer dans une pièce dernièrement mais c’était la période où je tournais dans la saison 7 d’Engrenages et en même temps Alex Hugo, alors j’ai du décliné la proposition, malgré le fait que j’adorais le texte et le rôle. Ça a réveillé en moi l’envie de me retrouver sur scène, mais pour le coup, dans ce domaine, je préfère laisser les projets venir à moi…  Et s’agissant de passer derrière la caméra, je sais que ça arrivera, car c’est une sorte d’aboutissement pour moi, un défi, que je me devrais de relever pour aller au bout de ma passion pour ce métier.
-Mikaël, Merci pour cette promenade « Au passage des artistes », tu reviens nous voir quand tu veux, RDV sur France 2.
Copyright ( Photo d’illustration)  : Lisa Lesourd
Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
12
Happy
11
In Love
12
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

COPYRIGHT 2020 - AU PASSAGE DES ARTISTES - ALL RIGHTS RESERVED. Powered By AWS
Revenir en haut